Ecole d’Arts Martiaux et de bien êtrE

Kung Fu Armes Traditionnelles


Professeur Michaël Nelson

Les armes occupent une place prépondérante et en même temps à part, dans l’art martial chinois. Dans les temps anciens, le combat mains nues n’était relié qu’à la seconde place. Elles font partie du patrimoine légué par les anciens maîtres et nous ramène en des temps immémoriaux.

La Chine est un pays possédant une très vieille et grande histoire. Peuple combattant, les chinois ont développé un nombre incalculable d’armes. Armes de guerres, civiles, par détournements, longues, courtes, doubles ou paysannes, elles font partie en notre sens, du trésor culturel de l’empire du milieu. Des armes archaïques en bronze au maniement simple, elles ont évolué vers ce que l’on connait aujourd’hui d’infinie richesse technique et de complexité.

Beaucoup d’entre elles ont perdu leur origine au fil du temps, dû, aux nombreux échanges de celle-ci entre maîtres et styles. Il n’était pas rare qu’elles soient échangées par intérêt personnel ou pour étoffer le programme et les carences de certains systèmes. Elles sont souvent pratiquées comme une spécialité, tel que les Chin na (contrôle articulaire) pour le kung-fu ou le Qi gong pour le Taiji Quan.

Le grand maître de Hung Gar, Sifu Chow Wing Tak de Hong Kong, ne faisait lui-même pas de distinction entre armes et formes du nord et du sud. La pratique d’armes venues d’autres styles est un moyen de s’enrichir.

Leur pratique permet d’accroître d’une part la richesse technique d’une école, de développer certaines qualités, se faire plaisir et perpétuer des traditions dans un monde qui avance de façon frénétique et où, les valeurs se perdent.