Ecole d’Arts Martiaux et de bien êtrE

Kungfu Fatsan Pakmei

C’est un style rapide, féroce et extrèmement explosif. En Chine, on le présente comme étant la boxe du tigre et du léopard.

« Sim Tin King Loeuye » L’éclair avant le tonnerre

Professeur Michaël Nelson

L’histoire du pak mei, où réalité, mythe et légende cohabitent de façon étroite

Le style étudié au sein de l’association est la boxe du moine pak mei, littéralement « sourcils blancs » du fait que le moine l’ayant inventé aurait eu de   longs sourcils blancs…

La boxe de pak mei est un style ancien qui remonterait à la dynastie mandchou des Qing (1644 – 1911). Son inventeur l’aurait codifié sur les monts Emei dans l’actuel province du Sichuan avant d’être emporté par ses descendants dans l’actuelle province de canton.

Pak mei, parfois personnifiant le côté obscur conféré par la maîtrise des arts martiaux, d’autres fois défenseur loyal de la dynastie MING, quantité d’histoires opposées courent sur le compte de ce moine très controversé…

Notre lignée descend de feu Sigung LAO SIU LEUNG. Il étudia le style auprès du moine XIU FOU DAO YAN (vent et feu), un moine taoïste dans la ville de canton. Lorsqu’il retourna à Foshan, sa ville d’origine, le style n’était que très peu pratiqué, il décida de répandre sa pratique ne lésinant pas sur les défis.

Sa réputation fut si grande que dans les années 70 le poing de Pak mei était le plus réputé de Foshan.

Sigung LAO SIU LEUNG n’eut jamais perdu un combat et que malgré son vieil age, à taille et poids égal, il demeure invaincu. Malgré ce fort caractère, il choisissait ses élèves et n’enseignait qu’a ceux possédant un bon caractère et une bonne morale. Avant la venue de LAO SIU LEUNG, Foshan possédait déjà un maître de Pak mei, mais il n’enseignait que très peu. Suite à l’arrivée du maître, ils s’allièrent pour répandre la méthode.

Beaucoup de personnes pensent que l’unique descendant du système Pak Mei est feu sifu CHEUNG LAI CHEUN. Nous n’avons aucun lien avec cette branche que nous appelerons Pak Mei « de Hong Kong » pour faire une distinction. Notre système est beaucoup plus rare. Nous ne remettons pas en question leur lignée, mais expliquons qu’elle est différente.

Cette différence se retrouve aussi dans la pratique, la branche de « Hong Kong » rentre les épaules et arrondi le dos, nous ne le faisons pas. Les kunes (formes) sont aussi différents. Ainsi le Fat San Pak Mei possède sa propre stratégie, un Ging différent et cette lignée est de XIU FOU DAO YAN (année 30) puis LAO SIU LEUNG (année 50-70).

Il ouvrit sa première école tardivement puisque jusqu’à l’âge de 40 ans l’enseignement ne l’intéressait pas. En 2004 il ouvrit sa nouvelle école toujours en fonction aujourd’hui.N’aimant pas se montrer, honneurs et pouvoirs ne l’intéressent pas. Il n’adhère à aucune association ou fédération malgré les nombreuses sollicitations de ses pairs.

Il est le chef actuel du système.

Sifu LAO WEI KEI  劉偉基  est né en 1954 à Foshan province de Canton. Fils aînée de Lao Siu Leung, c’est lui qui hérita de tous les secrets  de son père. En Chine, le fils ainé à le devoir de perpétuer la tradition familiale.

Le niveau de Sifu Lao est réellement extraordinaire ; sa vitesse est inégalable, sa formation de corps et l’explosion d’énergie dont il peut faire preuve malgré ses 66 ans est surprenante. Tous les gens l’ayant vu frapper en reste sans voix et tout le monde s’accorde à dire à Foshan, qu’il est le meilleur. Son caractère peu commode et son franc parler provoque une certaine crainte des maîtres de sa génération ainsi que de ces élèves.

La relation spéciale qui le lie à Jonathan Barbary fit qu’il le nomma représentant et chef du système pour l’Europe.